Les Petites Choses

http://lespetiteschoses.zeblog.com/

Calendrier

« Mai 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

M.

M. "Les petites choses ont leur importance : c'est toujours par elles qu'on se perd." Fiodor Dostoïevski

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Stairway to nowhere

Par M. :: 31/08/2009 à 22:22 :: Petites Choses en general et en particulier

 

Photo : Adrénaline

 

Il était une fois un escalier dessiné par Lewis Carroll. Des marches flottantes, glissantes. Nappées de vent. Des cadres dorés et vides sur les murs. Des vases suspendus. Porcelaine fine, vide toujours. Quelques tableaux noirs couverts de leçons en lettres blanches. Et de poèmes à pleurer le grand malheur de l'humanité. Il me semble entendre une voix. Puis une autre. Une troisième. Qui donc m'attend en bas ? La bande à Roxanne ? Plastiques nues exposées en vitrine d'un monde qui s'ennuie et manque de fantasmes. Recherchent regards désespérement. Dans le noir où tout et son contraire sont possibles, je m'interroge. Les voix, encore. Les sorcières de Macbeth ? Qui viennent me tester. Jouer de ma crédulité. Quelle faille de mon coeur impur envisagent-elles d'exploiter ? Je tremble. Fredonne Led Zeppelin, pour le style. Songe aux sixties, seventies, eighties. Woodstock, même. Tous ces avants réputés meilleurs que maintenant. Je me demande ce qui m'attend, là, sur la dernière marche. Celle qui vient toujours trop tôt. Après laquelle il est impossible de se cacher. Je m'applique sur mes talons hauts. Essaie de ne pas trébucher. Tiens bon la rampe, songeant à mon matelot. Au grand mat de son bateau, qui naviguait dans mes eaux... Voilà que je murmure son nom. Pauvre folle ! Taire le beau, il faut. Dissimuler, faire de ses bonheurs des secrets. Pour me punir, je ralentis. Au pied de l'escalier, une drôle de silhouette. Le lapin blanc, chargé d'ecstasy. Cet obsédé de l'heure et des calculs en tous genres fait les cents pas devant une petite porte qui cogne au rythme de sa marche funèbre. Il espère Alice, bien sûr. Mais ne fera pas un geste pour aller la cueillir. Je le regarde un moment. Il m'amuse. M'attriste. Et je ne peux m'empêcher de me demander ce que je fais là.
 
 

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://lespetiteschoses.zeblog.com/trackback.php?e_id=416876

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Les Petites Choses - Blog créé avec ZeBlog