Les Petites Choses

http://lespetiteschoses.zeblog.com/

Calendrier

« Mai 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

M.

M. "Les petites choses ont leur importance : c'est toujours par elles qu'on se perd." Fiodor Dostoïevski

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

La douce incertitude

Par M. :: 23/12/2009 à 19:13 :: Petites Choses Amoureuses



Immédiatement. Oui, je peux dire que je l'ai aimé immédiatement. Lorsque ses longues jambes avalèrent en quelques pas la distance entre ma porte d'entrée et mon canapé. Lorsque je découvris ses mots, sa voix, tout ce qu'elle dit que ses lèvres ne prononcent pas. Ses grands yeux ouverts sur le monde, qui butinent d'un arbre à un homme, d'une fourmi à un nuage. Lorsque devant eux je me déshabillai pour la première fois, je l'aimais déjà.
Je l'ai suivi. Hors des pistes, des voies banalisées, je l'ai suivi. Avec, chaque jour, vingt-quatre heures pour inventer une suite à notre improbable périple.
Improbable... Je me souviens que certains riaient. Sans doute rient-il toujours, un peu plus jaune... Je me souviens comme ils guettaient la chute. Ils guettent encore : un faux pas, dérapage, menant droit au chagrin d'amour. Un indice qui attesterait de mon erreur, de leur raison. Oscar Wilde disait : N'importe qui peut sympathiser avec les souffrances d'un ami. Sympathiser avec ses succès exige une nature très délicate. Il disait aussi : on devrait toujours être légèrement improbable. Plus personne ne se souvient de Wilde, sauf lui, et moi, lorsque de nos baisers silencieux nous labourons la brume.
L'incertitude. La douce incertitude, celle qui vous affole et vous effraie à la fois, vous permet d'aller plus loin tout en vous empêchant d'aller trop vite. Voilà un joli pseudonyme. Face à lui, avec lui, contre lui, je n'ai jamais rien su. Le doute n'a cessé de couvrir de son voile fragile chacun de nos lendemains, et même parfois quelques heures d'aujourd'hui. Face à lui, avec lui, contre lui, ma seule certitude fût celle de l'aimer. Et c'est à sa lumière que j'avançai.
Que j'avance. Et qu'il avance aussi, je crois. Nous construisons ensemble une pente douce vers le progrès. C'est infime, minuscule et essentiel. Précieux. C'est la teinte qu'a pris mon regard et toutes ces choses que désormais je vois. C'est demain que j'ignore et attends sans trembler. C'est hier, au souvenir duquel je souris. Et c'est aujourd'hui, quand il me serre, quand il me manque, quand je lui écris, parle, raconte, et quand je n'ai besoin de rien dire. C'est aujourd'hui quand, mes joues rosies de pudeur, mes yeux humides regardent mes mains écrire.  

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://lespetiteschoses.zeblog.com/trackback.php?e_id=423853

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © Les Petites Choses - Blog créé avec ZeBlog